Risques émergents : informatique quantique, qualité de construction inférieure, technologie juridique, etc.

Risques émergents : informatique quantique, qualité de construction inférieure, technologie juridique, etc.

 

La communauté mondiale continue de faire face à des défis connus tels que la pandémie, la guerre en Ukraine, les troubles économiques et la perte de confiance dans les institutions sociales établies. Mais un rapport de Swiss Re rappelle aux ré/assureurs qu’il y a de nouveaux risques émergents à l’horizon qui pourraient se matérialiser.

“Les risques émergents de cette année découlent du changement climatique et de la transition vers une économie à faible émission de carbone, des perturbations technologiques réelles et médiatisées, ainsi que de l’incertitude mondiale accrue et de la sensibilisation aux risques”, a déclaré un commentaire accompagnant le rapport SONAR de Swiss Re “Nouvelles informations sur les risques émergents”. (Article connexe : Edge Computing, Supply Chains, Deepfakes parmi les principaux risques émergents de 2020 : Swiss Re).

Par secteurs d’activité, Swiss Re a identifié les principaux thèmes de risque émergents susceptibles d’affecter les ré/assureurs :

  • Dégel du pergélisol – accélération des risques liés au climat, aux infrastructures et à la santé. Ce risque pose des risques pour l’environnement, les biens et la santé, et peut se traduire par des réclamations en matière de biens et de responsabilité. (Voir ci-dessous pour des explications plus détaillées de ces risques).
  • Legal tech – L’IA rend-elle justice ? Les avocats peuvent utiliser la «technologie juridique» ou les progrès de l’intelligence artificielle (IA) et de l’apprentissage automatique (ML) pour sélectionner les affaires ayant les meilleures chances de succès. Ce risque a des implications sur l’exposition des victimes.
  • L’informatique quantique – une menace avant une opportunité. Avec le développement rapide de la capacité d’informatique quantique (CQ), les ré/assureurs sont confrontés à de nouvelles menaces pour la sécurité des données, qui pourraient affecter les assurances IARD, spécialisées et IARD ainsi que les opérations, les actifs et les marchés financiers.
  • Défis dans la construction – pénuries de matières premières et hausses de prix. On craint que les pressions inflationnistes et la rareté des matières premières n’affectent la qualité et la durabilité des bâtiments, ce qui pose des risques pour les assurances biens, spécialisées et accidents.
  • Érosion de la confiance – nouvelles inquiétudes pour la santé publique. Swiss Re a déclaré que les réassureurs vie et santé pourraient être affectés par la méfiance croissante à l’égard des responsables de la santé publique et des professionnels de la santé, qui “favorise les comportements néfastes et augmente le risque de morbidité et de mortalité plus élevées, en particulier lors de futures crises sanitaires”.

Dégel du pergélisol

Plongant tour à tour dans chacun de ces sujets, Swiss Re a déclaré que le pergélisol avait dégelé à une vitesse accrue au cours des dernières décennies dans les hautes latitudes et les régions montagneuses. “Cela pose des risques pour l’environnement, la propriété et la santé, et peut se traduire par des réclamations de propriété et de responsabilité, ainsi que par des coûts plus élevés dans les activités L&H”, indique le rapport.

“Les dommages aux biens ou aux infrastructures dus au dégel du pergélisol peuvent augmenter les réclamations en matière de propriété et d’ingénierie. Cela est également pertinent en ce qui concerne la responsabilité des ingénieurs et des architectes impliqués dans la planification, et les entités du secteur public soutenant ou construisant des infrastructures dans les zones de pergélisol ou dans les zones exposées aux risques associés au dégel du pergélisol (par exemple, les chutes de pierres) », ajoute le rapport. .

Swiss Re a déclaré qu’il pourrait également y avoir une augmentation des réclamations en responsabilité contre des projets qui accélèrent le dégel du pergélisol.

Les réclamations de santé pourraient également affecter les assureurs L&H en raison de maladies causées par des agents pathogènes et des polluants libérés par la fonte du pergélisol. « Le dégel du pergélisol présente également un risque pour la santé, tant humaine qu’animale. Il peut libérer des agents pathogènes précédemment piégés dans un sol gelé, comme l’anthrax. Le dégel provoque également la libération de substances toxiques par les dépôts de calcaire, comme le mercure et le radon. L’empoisonnement au mercure des sources d’eau a été signalé dans les régions de pergélisol.

Technologie juridique

La technologie juridique, qui utilise l’IA et le ML, pourrait avoir un impact direct important sur les assureurs si les avocats utilisent des systèmes de technologie juridique “pour se concentrer sur les poursuites/affaires ayant le plus de chances de succès”, indique le rapport, notant que cela pourrait également conduire à une augmentation significative de la charge des sinistres.

Les autres impacts potentiels de la legal tech incluent :

  • Une augmentation potentielle des cas de responsabilité dans les situations où le logiciel d’IA produit des résultats incorrects. Cela inclut les grands cabinets d’avocats qui peuvent être tenus responsables des services qu’ils offrent tout en utilisant ces types de technologies (par exemple, en comptabilité, en fiscalité, en licences, etc.).
  • Les avocats peuvent décider de se concentrer sur les cas de recours collectifs avec une plus grande chance de gagner des prix plus importants, ce qui pourrait conduire à donner la priorité au succès économique par rapport à la justice, ainsi qu’à une augmentation globale du nombre de réclamations pour les assureurs.
  • L’augmentation du nombre de réclamations pourrait provenir de réclamations de faible valeur, car les gains d’efficacité de la technologie juridique peuvent réduire les coûts juridiques pour les cas individuels. “Les secteurs d’activité potentiels pourraient être, par exemple, la responsabilité civile automobile (accidents de voiture), la responsabilité de l’employeur/l’indemnisation des travailleurs (accidents du travail)”, a déclaré Swiss Re.

Sur une note plus positive, a déclaré Swiss Re, la technologie juridique peut bénéficier aux opérations d’assurance en aidant à atténuer les erreurs et la fraude, tout en identifiant les risques de responsabilité élevée ou les cas à forte exposition.

L’informatique quantique

Swiss Re décrit l’informatique quantique comme une technologie capable de résoudre des problèmes trop complexes pour les ordinateurs classiques. “Les assureurs et autres prestataires de services financiers bénéficieront de la puissance de traitement accélérée, de la reconnaissance des modèles de données à grande vitesse et de l’apprentissage automatique avancé que QC promet”, a déclaré Swiss Re. “Pour les assureurs, QC ouvre des opportunités sans précédent pour la simulation et la modélisation.”

Parallèlement aux avantages, cependant, il y aura de nouvelles menaces à la sécurité des données “qui, du point de vue de l’assureur, dépasseront probablement tous les avantages dans un avenir prévisible”, indique le rapport.

Alors que les premiers modèles sont sur le marché, le rapport note qu’un saut quantique à part entière est encore à quelques années.

“Et de manière inquiétante, avant que les entreprises ne puissent profiter d’une large application commerciale, le CQ deviendra probablement une menace pour les protocoles de sécurité informatique existants – en particulier en tant que force encore inconnue capable de pirater les clés de chiffrement standard utilisées dans les communications en ligne et le transfert de données”, indique le rapport. a continué.

Voici quelques-uns des impacts potentiels du CQ identifiés par Swiss Re :

  • La disponibilité des applications pertinentes pour l’entreprise peut prendre plus de temps que prévu, et certaines pourraient même tomber en panne, ce qui se traduit par des risques stratégiques, d’investissement et opérationnels.
  • Le CQ augmente le potentiel d’attaques à grande échelle contre la sécurité des données en général, ainsi que d’attaques ciblées contre les organisations de recherche et développement quantiques. De plus, les pertes d’assurance cyber et de biens pourraient être déclenchées par des attaques contre les assurés.
  • Si les clés de cryptage standard pour les communications Internet, les services bancaires numériques et le commerce électronique étaient piratées, il pourrait y avoir des réclamations en matière de cyberassurance et d’interruption d’activité.
  • Les opérations d’assurance pourraient également être affectées si un assureur ou l’un de ses fournisseurs tiers subit une violation de la confidentialité des données, ce qui pourrait entraîner des dommages à sa réputation et des pertes financières. De plus, la transition vers un chiffrement des données plus sûr (post-quantique) prendra du temps et coûtera cher.

Qualité de construction inférieure

La rareté des matières premières due aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement et à la hausse des salaires entraîne une forte inflation dans le secteur de la construction, ce qui pourrait voir les constructeurs « couper les coins ronds », entraînant une baisse de la qualité de la construction et, en fin de compte, une augmentation des réclamations en dommages matériels et professionnels.

L’utilisation de matériaux moins chers et souvent inférieurs du point de vue du feu et de l’intégrité, indique le rapport, citant l’exemple du revêtement combustible pour les bâtiments, qui peut être visuellement identique, mais beaucoup moins cher que le revêtement non combustible. “En cas d’incendie dans un bâtiment avec un revêtement combustible, les pertes peuvent cependant être beaucoup plus élevées.”

Swiss Re a noté que le risque de sinistres élevés de manière inattendue est un défi pour les activités à long terme en particulier, telles que l’ingénierie
où il y a un long délai entre le paiement des primes et le dépôt des réclamations.

Érosion de la confiance

“La confiance entre de larges segments de la population et les responsables gouvernementaux ainsi que les experts universitaires a été mise à l’épreuve par la pandémie, et il est possible que les théories du complot et les points de vue alternatifs sur la santé et d’autres comportements aient un impact négatif sur la résilience sociétale plus largement”, selon le rapport.

Voici quelques-uns des impacts potentiels de l’érosion de la confiance identifiés par Swiss Re :

  • Si les gens refusent un traitement, évitent les mesures préventives ou se tournent vers des alternatives douteuses pour leur état de santé, cela pourrait avoir des conséquences négatives sur la morbidité et la mortalité.
  • Les particuliers, les professionnels et les organisations fournissant des traitements nocifs peuvent faire face à des poursuites en responsabilité.
  • Des crises de santé publique plus longues et plus coûteuses peuvent survenir si des divisions sociétales croissantes entravent la résolution efficace des urgences de santé publique.
  • Dans le cas de futures pandémies, une morbidité et une mortalité excessives accrues peuvent survenir si une grande partie de la population ne fait pas confiance aux conseils des autorités de santé publique, ce qui compromet davantage la résilience de la société.

À propos de SONAR

Le rapport SONAR, qui fête ses 10 anse anniversaire, identifie 24 tendances macro au cœur de l’industrie de l’assurance dans les domaines de « l’environnement démographique et social », « l’environnement politique et économique », « l’environnement technologique et naturel » et « l’environnement concurrentiel et commercial ».

Le rapport transmet les premiers signaux de risque provenant d’un large éventail de domaines liés à l’assurance, a déclaré Swiss Re, expliquant que les signaux ne reflètent pas l’ensemble de la réflexion à l’échelle de l’industrie en ce qui concerne les risques émergents, ni ne couvrent nécessairement la liste complète des sujets actuellement à l’étude. L’écran radar de Swiss Re.

« Certains risques émergents présentés dans le rapport SONAR de cette année pourraient ne jamais se matérialiser, tandis que d’autres pourraient constituer la base de futurs pools de risques. De même, certaines des tendances décrites peuvent perdre de l’importance, tandis que d’autres peuvent jouer un rôle croissant dans la formation du futur environnement commercial.

SONAR signifie Systematic Observation of Notions Associated with Risk, qui est le processus de Swiss Re pour identifier, évaluer et gérer les risques émergents.

Source : Swiss Re SONAR

Les sujets
Tendances InsurTech Tech Construction

#Risques #émergents #informatique #quantique #qualité #construction #inférieure #technologie #juridique